Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
27 janvier 2017 5 27 /01 /janvier /2017 23:17
Repost 0
4 novembre 2014 2 04 /11 /novembre /2014 18:29
Repost 0
20 juillet 2014 7 20 /07 /juillet /2014 19:15

Philippe Muray s’en est allé en 2006 sans s’être délecté d’une époque qui ne jure plus que par et pour la fête, les festivals et les rassemblements pour en finir avec le Mal. Il en avait certes saisi les instants les plus marquants (l’an 2000, la Fête de la musique, l’apparition de Ségolène Royal, les délires de Jack Lang), mais il n’est plus là pour en voir les dégâts sur la nouvelle génération.

Les vendredis se suivent à Paris et se ressemblent inexorablement. Ceux qui ne sont pas déjà partis s’enivrer des paradis artificiels d’Ibiza, où la musique techno est diffusée jusqu’à votre serviette de plage, sont déjà accroupis sur le Pont neuf en train de siroter du rosé tiède dans un gobelet en plastique blanc. Parce là aussi le festivisme anéantit tout sur son passage, dans sa quête ininterrompue vers le nihilisme total : même l’alcool, pourtant essentiel afin de supporter cet univers bruyant et néantisé, est désacralisé. Un Hemingway ruiné n’aurait jamais bu un mauvais whisky, mais ses festivaliers permanents n’en ont cure, un bon vin comme incarnation d’un terroir ou un autre spiritueux symbole d’un pays qui se délecte patiemment pour en saisir le moindre arôme sous la langue, c’est ringard, dépassé, vieillot. Pas « branché ». Ce n’est pas l’esprit « électro ». L’avènement des cocktails et du fameux Mojito n’en est que la pathétique illustration : seule l’ivresse happy hour est recherchée, qu’importe le goût nauséabond de ces mixtures pour post-adolescents sans palais. Il faut savoir se pincer les narines pour ingurgiter l’ambroisie festive.

Le culte de l’ivresse et les dégâts de Musset

Le « bindge drinkng » (ou beuverie express) est à ce titre l’apothéose de cette alcoolisation massive et insipide de ces masses juvéniles qui dansent sur les bruitages de David Guetta comme une secte de fidèles qui honorerait son gourou. Cela renvoie à ce vers de Musset : « Qu’importe le flacon, pourvu qu’on ait l’ivresse ? », tiré de La Coupe et les lèvres. Cette phrase magique et souvent mal comprise est souvent l’alibi de ces néo-hippies mondialisés qui n’ont bien sûr jamais lu une ligne de Musset, mais s’en servent de caution intellectuelle. Ce vers, qui est un hymne à la vie et à l’enchantement, n’est en rien une incitation à la cuite dépravée. Cette incompréhension est ô combien révélatrice des dégâts collatéraux de l’idéologie Bob Sinclar, qui réduit tout et son contraire ad festivum.

Là où Philippe Muray voyait dans les festivités organisées par Jack Lang une philosophie totalitaire qui forçait les gens au rassemblement pour effacer toutes les différences, le culte de la fête dans la nouvelle génération est au contraire une quête illusoire de singularisation. Un tel se croit unique parce qu’il gesticule sur un podium, un autre s’estime particulier parce qu’il fait un strip-tease sur le bar, mais ils ne sont au final que les tristes étendards d’une époque sans idéaux ni grands récits.

Parce que cet « esprit festif » est promu partout, tout le temps. C’est un Big Brother décoloré susurrant depuis sa table de mixage à ses ouailles de ne plus penser qu’au divertissement et à l’exaltation permanente du temps présent. C’est la fête pour la fête, la célébration d’un instant qui n’a pas à être célébré. Lors de la dernière campagne municipale à Paris, nous avons même vu les deux candidates s’affronter autour de deux idées phares : la fête dans le métro pour NKM et la fête sur le périphérique pour Anne Hidalgo. Faire de Paris à la fois un Disneyland pour les touristes et une antenne d’Ibiza pour les locaux. Ne penser plus qu’à la fête, sinon les pouvoirs publics s’en mêlent. Ne jurer que par la fête. Ne vivre que par la fête.

La fête à Paris et l’abrutissement général

Tout semble donc pensé et voulu pour en arriver à un tel phénomène, jusque dans cette nouvelle mode des boîtes de jour. L’incitation voire l’exaltation de la consommation de mauvais alcool, la promotion ininterrompue des musiques électroniques pour vider les derniers neurones des cerveaux, la mise sur un piédestal des DJ comme David Guetta et autres David Morales correspondent à une volonté de ne vouloir qu’une génération de consommateurs, heureux de leur sort tant que les clichés de leurs soirées ont du succès sur Instagram.

Cela ne concerne évidemment pas que la capitale, il suffit de consulter la carte des festivals 2014 pour s’en apercevoir. Pascal écrivait dans ses Pensées que « Un roi sans divertissement est un homme plein de misères » et même s’il évoquait la question de Dieu, son jugement est transposable à nos années 2000 où se divertir est devenu plus important que se cultiver ou se poser des questions trop existentielles. Il faut du bruit et des flashs partout, il faut étourdir la meute pour la rendre plus docile, la rendre sourde, inconsciente d’elle-même.

Ne plus croire en rien d’autre que l’hédonisme, tel est par conséquent le nouveau credo moderniste. En finir avec les opinions, les religions, les croyances et les convictions, tant que l’after work électro est possible et que le verre de Mojito fraise n’est pas trop infect. La jeunesse prolétarienne s’honorerait d’ailleurs à ne pas imiter les rejetons de la bourgeoisie parisienne qui dépensent son argent de poche sans compter pour s’éclater et profiter, car ne pas céder aux sirènes de l’électro est déjà une forme de résistance intellectuelle.

Julien de Rubempré

http://lenouveaucenacle.fr/

La fête pour la fête est-elle en train d’abrutir la France ?
Repost 0
6 novembre 2013 3 06 /11 /novembre /2013 18:43

Roger Lenglet et Jean-Luc Touly, auteurs du livre "Syndicats, corruption, dérives, trahisons", ont dénoncé mercredi sur BFMTV le fonctionnement actuel des syndicats en France.
"Dans les grands comités d'entreprises comme la SNCF, la RATP, EDF ou Air France, on constate que des centaines de millions d'euros sont attribués chaque année aux comités d'entreprises; une grande partie est dévoyée et va malheureusement dans les fédérations syndicales des secteurs d'activités concernés", explique Jean-Luc Touly.

"Ça se joue sur des milliards, renchérit Roger Lenglet, si l'on regarde toutes les sources de financement, y compris le fait de siéger dans des organismes paritaires comme le 1% logement, la Sécurité sociale, la formation professionnelle. Beaucoup d'argent part dans des poches personnelles, à travers des systèmes de fausses facturations de rétrocommissions, ou tout simplement de fausses factures".

Harcèlement moral et licenciement abusif

Les deux journalistes rappellent que l'ancien numéro un de la CGT, Bernard Thibault, avait réussi à faire embaucher son épouse et ses enfants au sein du comité central de la SNCF.

Ils citent aussi le cas du prestataire de service chargé d'organiser l'arbre de noël du comité central de la SNCF: "Il avait été obligé de payer une publicité dans le journal de la fédération CGT des cheminots pour pourvoir avoir le marché".

Les deux journalistes ont réussi à recueillir de nombreux témoignages de l'intérieur, mais non sans peine, et dénoncent à propos "un véritable système de harcèlement moral et de licenciement". Ainsi, "le contrôleur de gestion a été licencié de façon abusive", selon eux, après les avoir informés.

Syndicats, corruption, dérives, trahisons
Repost 0
4 octobre 2013 5 04 /10 /octobre /2013 16:19

Invité jeudi 3 octobre de l’émission « C à vous » sur France 5, Lorànt Deutsch a répondu aux critiques formulées par quelques historiens d’extrême-gauche qui tentent depuis quelques jours de discréditer son nouveau livre, Hexagone : Sur les routes de l’Histoire de France (tiré à 220 000 exemplaires) : « Je n’ai rien inventé. Il n’y a rien de moi (…) dans le livre. Je me suis basé sur des auteurs, des historiens hautement qualifiés » comme Jean Deviosse, auteur d’une biographie de Charles Martel. « Le problème qu’ils ont (les historiens d’extrême gauche, ndlr), c’est qu’ils quittent le champ sémantique de l’histoire pour faire de la politique. Je n’ai rien à leur répondre. Ils sont tous encartés au Front de gauche, moi, ça ne m’intéresse pas. »

http://www.ndf.fr/

Lorànt Deutsch répond aux historiens d’extrême-gauche qui l’accusent de falsifier l’histoire
Repost 0
9 septembre 2013 1 09 /09 /septembre /2013 12:13
Repost 0
31 juillet 2013 3 31 /07 /juillet /2013 09:37
Affaire Méric - Interview de Serge Ayoub par Dieudonné
Repost 0
16 juillet 2013 2 16 /07 /juillet /2013 19:34
 Terroriste ?!

Alors que le Système perd complètement les pédales en France et le montre bien, il vient maintenant, en cette période estivale, de frapper un grand coup dans la guerre contre le terrorisme et la barbarie fasciste. Varg Vikernes, musicien/compositeur norvégien bien connu pour son projet Black Metal Burzum et pour des incendies d’églises et le meurtre d’un autre musicien norvégien en 1993, vient d’être arrêté en Corrèze en compagnie de sa femme. Tous les médias, n’ayant rien d’autre à se mettre sous la dent alors que les Français qui le peuvent encore sont partis en vacances, en ont fait leurs gros titres. Il faut dire que le couple est accusé de préparer rien de moins que des attentats terroristes. Suivi par la DCRI depuis des mois, « nos » forces de l’ordre, bien connues pour leur efficacité à contrôler la circulation d’armes dans nos banlieues, ont mis Varg et sa femme en garde à vue ce matin car cette dernière aurait acheté des carabines… légalement.

La Droite a ses terroristes anarchistes fantasmés (affaire de Tarnac) et la Gauche ses terroristes néo-nazis tout autant fantasmés. Le terme « néo-nazi » est, une fois encore, totalement abusif pour parler de Varg Vikernes qui, certes, s’est désigné comme tel dans sa jeunesse, mais a bien évolué depuis, même s’il reste un défenseur acharné de l’Europe et de sa culture. L’affaire Méric (ou plutôt l’affaire Esteban…) se déboulonnant de jour en jour dans un silence assourdissant, le Système se devait de trouver un nouveau bouc émissaire pour tenter de faire oublier l’impopularité totale du gouvernement, les mesures anti-sociales imposées par Bruxelles et les marchés financiers mais aussi pour continuer son « taillage en pièces » de l’extrême-droite.

Varg Vikernes est, il faut bien le dire, un personnage sulfureux qui, depuis longtemps, permet aux médias de faire leurs choux-gras avec des reportages ridicules sur le Black Metal et le néo-nazisme. C’est le personnage idoine pour effrayer le bon peuple dans les chaumières et pour taper sur un Front National ayant pourtant bien changé car le sieur Vikernes a osé – ô crime suprême- déclarer son amour de la France et appeler à voter pour le parti à la flamme.

Mais, regardons Varg Vikernes aujourd’hui… alors qu’il est bien plus proche du fermier que du skinhead tant dans son mode de vie que dans ses idées, on a du mal à imaginer ce bon père de famille et sa fidèle épouse renverser la Ripoublique française avec des pétoires à lapin.

Le Cercle Non Conforme

Repost 0
16 juillet 2013 2 16 /07 /juillet /2013 13:16

Dimanche 14 juillet, François Hollande a présenté le nouveau timbre « Marianne » qui doit être mis en vente dès demain, mardi 17 juillet 2013.
Le Figaro révèle que ce timbre a été dessiné par David Kawena et Olivier Ciappa. Ce dernier s’est surtout fait connaître pour ses positions militantes en faveur du mariage et de l’adoption par les couples homosexuels.
Hier, le « peintre » a reconnu s’être inspiré pour cette nouvelle « Marianne » d’Inna Schevchenko, la fondatrice ukrainienne des FEMEN. Ce mouvement féministe extrêmement radical s’est fait connaître pour ses multiples provocations menées seins nus.

Il justifie son choix en affirmant dans Libération « « J’ai choisi Inna Shevchenko parce que ça me semblait évident que la Marianne de la Révolution, outre le fait qu’elle était sein nu, aurait été une Femen. La liberté, l’égalité, la fraternité, ce sont les valeurs des Femen. »

Mais où a-t-il vu ces valeurs dans les actions scandaleuses et violentes menées par les Femen en France ?

Est-ce le 12 février dernier, quand les Femens montent une opération coup de poing au sein de la cathédrale Notre Dame de Paris pour fêter la démission du pape Benoît XVI ; et que des militantes seins nus bousculent les fidèles ?

Ou, est-ce quand, quelques jours plus tôt, ces extrémistes grimées en religieuses, poitrine à l’air, ont gazé des manifestants contre la loi Taubira ?

Ou, enfin, est-ce le jour où des militantes hystériques ont agressé l’archevêque de Maline-Bruxelle, Mgr Léonard ?

En réalité, les valeurs qu’incarnent les Femen ne sont en rien celles de la France. Marianne mérite mieux que ça ! Elle ne doit pas devenir le symbole de la vulgarité, de la violence et du sectarisme incarnés par les Femen.
Si nous devions encore porter une preuve de cette vulgarité, il suffit de donner la parole à Inna Schevchenko, la principale intéressée, responsable des Femen en France. Elle a réagi au choix de François Hollande, avec toute l’obscénité que l’on pouvait attendre d’elle, en écrivant : « Femen est sur le timbre français. Maintenant les homophobes, les extrémistes et les fascistes devront lécher mon cul quand ils voudront envoyer une lettre.
Nous ne pouvons accepter une telle provocation. Marianne doit continuer à incarner les valeurs de la France et à être un symbole d’unité nationale.

Monsieur le Président de la République, le choix d’une telle Marianne divise profondément les Français et dégrade terriblement l’image de la France. C’est pourquoi, je vous demande de retirer immédiatement ce timbre de la vente et de choisir une nouvelle « Marianne » qui incarne l’unité et les valeurs de la France.

http://www.nonaumariagehomo.fr/

Pétition à François Hollande pour exiger le retrait immédiat du nouveau timbre Marianne inspiré d’une Femen
Repost 0
10 juillet 2013 3 10 /07 /juillet /2013 13:18
Repost 0

Présentation

  • : Le petit blog rouge-brun de Discipline.
  • Le petit blog rouge-brun de Discipline.
  • : Discipline, Français ordinaire désespéré ; NR décroissant.
  • Contact

Recherche