Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
11 juillet 2013 4 11 /07 /juillet /2013 15:20

Le Philosophe Francis Cousin, co-auteur sous le label "L'Internationale" de Critique de la Société de l'Indistinction est invité par Emmanuel Ratier pour présenter sa pensée et ce livre paru il y a déjà quelques temps.
Penseur de l'Ultra Gauche, il est invité sur Radio Courtoisie parce que Marine Le Pen le cite et en a fait un éloge dans son dernier livre Pour que vive la France (éd. Jacques Grancher, Paris, 2012).

Francis Cousin: Critique de la société de l’indistinction (Le Libre Journal d'Emmanuel Ratier, Radio Courtoisie, 08/02/2012)
Repost 0
10 juillet 2013 3 10 /07 /juillet /2013 10:06

Interview de Francis Cousin, menée par Maurice Gendre, du site Scriptoblog.

A travers des questions liées à l'actualité, Francis Cousin aborde une série large de sujets : l'antifascisme, le terrorisme d'Etat, la gauche du capital, la "banlieue de la thune", l'immigration, la Turquie etc.

http://www.agoravox.tv/actualites/citoyennete/article/entretien-avec-francis-cousin-39700

Entretien avec Francis Cousin, auteur de l’Etre et l’avoir

L'être contre l'avoir

Le spectacle du fétichisme de la marchandise fait le devenir du monde. L'existence humaine n'y est là qu'une longue errance angoissée sur le marché narcissique des rencontres factices. Partout règne la liberté despotique de l'argent et l'humain asservi et déchiré par la dictature démocratique de l'avoir et du paraître, ne cesse de consommer sa propre soumission. Contre ce totalitarisme de la fausse conscience, il s'agit de tourner le dos à la mise en scène de la passivité moderne, pour retrouver les véritables chemins du sens critique et poser en pratique la question radicale de l'authenticité de l'être. A l'heure où les troubles sociaux d' envergure, qui partout s'annoncent, menacent l'organisation inhumaine de l' ordre existant, l'auteur tient à dire qu'il n est pas indifférent de rappeler que toutes les politiques de la raison marchande sont, de l'extrême droite à l'extrême gauche du Capital, l'ennemi absolu et définitif de toute joie humaine véridique.

Repost 0
29 juin 2013 6 29 /06 /juin /2013 08:48
Au nom du Temple - Charles Enderlin


TROISIÈME TEMPLE DE JÉRUSALEM : ESCHATOLOGIQUE OU POLITIQUE ;
http://prophetesetmystiques.blogspot....

NOACHISME BNE NOAH EN HÉBREU (ENFANTS DE NOÉ) ;
http://prophetesetmystiques.blogspot....

TALMUD : CONTROVERSES
http://prophetesetmystiques.blogspot....
(où l'on parle du rabbin DOV LIOR qui est à l'origine de la "TORAH DU ROI" où l'on lit ce que ce mouvement grandissant pense des chrétiens)

Lire aussi :
ISRAËL ET CATHOLIQUES ÇA SE DÉGRADE
http://prophetesetmystiques.blogspot....
(et les attaques anti-chrétiennes "price tag" ("prix à payer") émanant du même mouvement)

Repost 0
28 juin 2013 5 28 /06 /juin /2013 11:17
La LICRA veut faire interdire cinq ouvrages Kontre Kulture

La LICRA assigne en référé Alain Soral ainsi que la SARL Culture Pour Tous (Kontre Kulture), devant le tribunal de grande instance de Bobigny, suite à la publication aux éditions Kontre Kulture de :

La France juive d’Edouard Drumont (collection Les InfréKentables)

Le Salut par les Juifs de Leon Bloy (collection Les InfréKentables)

Le Juif international d’Henry Ford

La Controverse de Sion de Douglas Reed

Anthologie des propos contre les Juifs, le judaïsme et le sionisme de Paul-Éric Blanrue.

La LICRA estime que de nombreux passages « constituent un mode d’expression outrageant et méprisant à l’égard de l’ensemble des personnes d’origine ou de confession juive », « incitent à l’antisémitisme et au négationnisme » et « causent à l’ordre public un trouble manifestement illicite ». La LICRA souhaite leur retrait, la saisie des exemplaires déjà imprimés et leur mise au pilon dans un délai d’un mois puis pour les éditions ultérieures, expurgées des propos incriminés, l’apposition sur la première de couverture, de la mention « Livre comportant des propos injurieux et provoquant à la haine pour des raisons racistes ». La LICRA demande également la condamnation solidaire d’Alain Soral et de Kontre Kulture à la somme de 112 500 euros plus les frais de cinq avocats venus de Lyon, Nice, Paris, et Reims.

Faisant suite aux recommandations du CRIF, le harcèlement judiciaire dont est victime Alain Soral et l’association Égalité et Réconciliation s’élargit désormais à ses activités économiques.

Les ouvrages poursuivis par la LICRA sont, pour l’instant, encore disponibles sur Kontre Kulture.

http://www.egaliteetreconciliation.fr/

http://www.kontrekulture.com/

Repost 0
19 juin 2013 3 19 /06 /juin /2013 11:01

Christophe Réveillard nous propose la lecture du livre de Kostas Mavrakis : "De quoi Badiou est-il le nom? Pour en finir avec le (XXe) siècle".

De quoi Badiou est-il le nom ?
Repost 0
12 juin 2013 3 12 /06 /juin /2013 21:21

Vous venez de publier Édouard Berth ou le socialisme héroïque (Pardès). Pourquoi s’intéresser à un homme aussi peu connu ?

Il est en fait bien connu de tous les historiens des idées, qui le considèrent en général comme le plus fidèle disciple de Georges Sorel, auteur des Réflexions sur la violence et des Illusions du progrès. Édouard Berth (1875-1939) a été l’un des principaux théoriciens du syndicalisme révolutionnaire, c’est-à-dire de cette branche du mouvement ouvrier qui, estimant que la classe ouvrière ne pouvait compter que sur elle-même pour instaurer la « société des producteurs », n’avait qu’hostilité pour les partis politiques et donnait la priorité à « l’action directe » (soit l’action sur les lieux de travail) développée par les syndicats. Ce sont les représentants les plus actifs de cette tendance révolutionnaire, Victor Griffuelhes et Émile Pouget, qui parvinrent, en octobre 1906, à faire adopter par la CGT la célèbre Charte d’Amiens que l’on considère aujourd’hui comme l’acte fondateur du syndicalisme français. Berth eut, par ailleurs, un itinéraire extrêmement original puisque, sans jamais abandonner ses convictions, il participa, à la veille de la Première Guerre mondiale, à l’aventure du Cercle Proudhon, où se rencontrèrent maurrassiens et syndicalistes révolutionnaires, puis s’enthousiasma vers 1920 pour la révolution russe, au point de collaborer régulièrement à la revue Clarté, fondée par Henri Barbusse. Revenu de son léninisme, il collabora jusqu’à sa mort à La Révolution prolétarienne de Pierre Monatte.

Ce qui frappe, c’est aussi le contraste entre socialisme d’antan, tout entier voué à la défense de la classe ouvrière, et Parti socialiste actuel. Ce PS est-il encore socialiste ?

En janvier 1905, le « règlement » de la Section française de l’Internationale ouvrière (SFIO) – Parti socialiste de l’époque – se présentait comme un « parti de classe qui a pour but de socialiser les moyens de production et d’échange, c’est-à-dire de transformer la société capitaliste en société collectiviste, et pour moyen l’organisation économique et politique du prolétariat ». Allez donc demander aujourd’hui aux travailleurs de PSA, de Florange ou d’ArcelorMittal ce qu’ils pensent du « socialisme » de Hollande !

Qu’un dirigeant du PS, en l’occurrence Dominique Strauss-Kahn, ait pu être appelé à la direction du Fonds monétaire international (FMI) pour y mettre en œuvre la même politique que pratique aujourd’hui Christine Lagarde était déjà tout un symbole. Et maintenant ? Ni le mariage homosexuel, ni la légalisation du cannabis, ni la lutte pour la parité (sauf dans le mariage !), ni l’immigration incontrôlée, ni l’abolition des frontières, ni même la défense des « droits de l’homme » (dont Marx avait fait une critique impitoyable) ne sont évidemment des mesures « socialistes ». Ce sont des mesures libérales, censées répondre aux caprices et aux désirs individuels. Devenu un parti social-libéral – de plus en plus libéral et de moins en moins social –, le PS ne conçoit plus la société que comme une addition d’individus. C’est pour cela que le gouvernement actuel, privilégiant le sociétal au détriment du social, a choisi de faire diversion en cachant les cinq millions de chômeurs derrière le mariage pour tous.

Le bilan social-défaitiste de François Hollande est évident dans tous les domaines. De l’abandon de toute réforme fiscale d’envergure à l’absence de politique industrielle, de la révision du Code du travail dans le sens exigé par le MEDEF au chantage à l’emploi pour faire baisser les salaires – tandis que ceux des grands patrons ne seront finalement pas « encadrés » –, sans oublier la loi sur la « sécurisation de l’emploi » (sic), qui a signé l’arrêt de mort du contrat à durée indéterminée (CDI), chaque jour qui passe administre la preuve de la totale soumission de François Hollande aux exigences de la finance.

Rallié depuis au moins trente ans au système de l’argent, le PS est devenu un parti de fonctionnaires, de technocrates et de bobos ayant oublié le socialisme depuis belle lurette et ne s’intéressant qu’au « pourtoussisme », aux interventions « humanitaires » et à la défense des « victimes » sur le mode émotionnel et lacrymal. Ce n’est donc pas sur ses dirigeants qu’il faut compter pour expliquer que la crise actuelle est d’abord une crise du mode de production capitaliste, c’est-à-dire une crise généralisée de la logique de valorisation du capital, et moins encore pour tenter d’y remédier.

Comment expliquer cette évolution ? Passer d’un Édouard Berth à un DSK…

Ce qu’on appelle la « gauche » est né en France, à l’époque de l’affaire Dreyfus, de la fusion de deux courants totalement différents : une aspiration à la justice sociale portée par le mouvement ouvrier et une philosophie du progrès héritée des Lumières, que Sorel a justement définie comme fondamentalement bourgeoise. Le problème est que l’idéologie du progrès n’a que méfiance pour ce que Pasolini appelait la « force révolutionnaire du passé ». Or, le socialisme originel, s’il s’opposait bien entendu aux hiérarchies d’Ancien Régime, n’entendait nullement abolir les solidarités organiques traditionnelles ni s’attaquer aux fondements communautaires du lien social. Il contestait en revanche hautement l’idée libérale selon laquelle le marché, la logique de l’intérêt et le droit procédural suffiraient à faire tenir ensemble une société.

Dès les années 1980, la gauche, sous couvert de se « moderniser », a commencé à s’adapter aux modèles libéraux. Elle a, de ce fait, abandonné les idéaux du socialisme. Il lui reste la métaphysique du progrès, qu’elle partage avec la droite libérale. Dans ces conditions, le libéralisme sociétal de la gauche rejoint tout naturellement le libéralisme économique de la droite. Être de gauche, désormais, c’est adhérer à la logique de « l’antiracisme » et de la « lutte-contre-toutes-les-discriminations » pour masquer le fait que l’on a cessé d’être anticapitaliste.

Édouard Berth se faisait une idée « sublime » de la classe ouvrière, appelée selon lui à détruire le capitalisme bourgeois en reprenant à son compte les valeurs héroïques de l’Antiquité. Le moins qu’on puisse dire, c’est que la gauche actuelle n’a pas le même rapport au peuple…

Le peuple et la gauche n’ont jamais été des notions équivalentes, comme on l’a vu lors des journées de juin 1848 et de la Commune de 1871, lorsque la gauche bourgeoise faisait tirer sur le peuple. Lisez le livre de Bertrand Rothé récemment paru aux Éditions du Seuil, De l’abandon au mépris, sous-titré Comment le PS a tourné le dos à la classe ouvrière. Le mot de mépris n’est pas exagéré. L’auteur explique très bien comment les élites du PS ont abandonné les ouvriers au nom de la modernité, et parfois aussi de la « préférence étrangère ». Éric Zemmour résume parfaitement la situation quand il écrit que « la gauche se croit aujourd’hui antilibérale alors que son obsession progressiste en fait la meilleure servante du marché », tandis que la droite s’imagine « défendre les valeurs traditionnelles alors que le marché, qu’elle admire, détruit ce qu’elle est censée défendre ». Le grand clivage actuel n’est plus celui qui oppose la droite et la gauche, mais celui qui oppose des classes populaires encore « territorialisées » à une nouvelle classe globalisée, engendrée elle-même par un néocapitalisme financiarisé et de plus en plus déterritorialisé. Cette nouvelle classe s’est formée sous l’effet d’une intensification des mobilités dans un climat marqué par la déréglementation des marchés et des innovations technologiques rétrécissant l’espace et le temps. Face à elle, la frustration des classes populaires, et celle des classes moyennes menacées de déclassement, pourrait bien devenir le moteur d’une nouvelle lutte des classes.

Alain de Benoist

http://www.bvoltaire.fr/

Quand les socialistes défendaient le peuple…
Repost 0
11 juin 2013 2 11 /06 /juin /2013 20:53

"Les idées combattent aussi" ! Première revue littéraire des Non-Alignés.
Lectures pour l'orientation dans une époque désorientée.
Thèmes abordés aujourd'hui : Casapound, l'Italie des années de plomb, la Tradition Romaine, Ni gauche / ni droite, droite révolutionnaire et gauche nationale, le cercle Proudhon, l'homme contre l'argent. Auteurs présentés : Gabriele Adinolfi, Enzo Erra, Domenico di Tullio, Guido de Giorgio, Zeev Sternhell, Georges Valois. Lecture de Marcel Déat.

Repost 0
29 mai 2013 3 29 /05 /mai /2013 15:11



L'INTÉGRALE DES DISCOURS DE ROBESPIERRE
EN UN SEUL GROS LIVRE,
commenté et façonné par Philippe
Landeux


Un simple citoyen, Philippe Landeux, vient d'achever un travail extraordinaire : rassembler en un seul livre tous les discours (et documents importants) de Robespierre !

C'est une mine incroyable, de pensées humanistes, de formules choc, de faits importants, de projets astucieux, de plaidoyers enthousiasmants... Et tout ça est d'une actualité étonnante, d'une grande utilité pratique pour comprendre ce qui se passe aujourd'hui.

Philippe Landeux a formulé un court résumé devant chaque texte, pour en rappeler le contexte et les enjeux : tout ça est bien intéressant à lire.

Voici la quatrième de couverture (où l'auteur s'efface complètement et laisse parler Robespierre, comme s'il était vivant et nous aidait à comprendre nos problèmes d'aujourd'hui, comme dans tout le livre) :

"ROBESPIERRE PARLE AUX FRANÇAIS"

On peut commander ce (très gros) livre de référence ici : 900 pages pour 42 € (port compris), ou aussi en pdf pour 10 €..


Puisqu'on défend ici Robespierre, je vous signale aussi une vidéo où le même Philippe Landeux est confronté à Reynald Secher, un universitaire qui prétend que Robespierre est un impitoyable génocidaire (à propos des massacres en Vendée), et j'y ai trouvé Philippe Landeux à la fois courageux (un simple citoyen qui ose contredire publiquement l'Université sur son sujet d'expertise) et convaincant. C'est à voir (vous allez apprendre plein de choses intéressantes) :

Quoi qu'il en soit à propos de la Vendée, Philippe Landeux est devenu (tout seul) un bon connaisseur de Robespierre, et j'utilise maintenant son travail avec celui des historiens que j'aime bien comme Albert Mathiez, Jean Massin, Henri Guillemin, ou Sophie Wahnich dont je profite de l'occasion pour signaler le travail :

• une intéressante conférence sur 1792 :

Et quatre livres passionnants de Sophie Wahnich :

"Pour le bonheur et pour la liberté" une compilation épatante des meilleurs discours de Robespierre, choisis et commentés avec Florence Gauthier et Yannick Bosc. Ce livre est une perle.

"La liberté ou la mort. Essai sur la Terreur et le terrorisme". Passionnant aussi.

"La longue patience du peuple. 1792, naissance de la République" : décapante version pour dissoudre les mensonges accumulés par les Thermidoriens depuis 200 ans.

"La Révolution française : un événement de la raison sensible (1787-1799)" : palpitant récit (pédagogique) de la Révolution française, expurgé de toutes les couillonnades contre-révolutionnaires rabâchées depuis Michelet jusqu'à Furet.

Repost 0
26 mai 2013 7 26 /05 /mai /2013 17:59
Kosovo : une guerre juste pour créer un état mafieux ( Pierre Péan )

Quatorze ans après, où en est le Kosovo "démocratique" et "pluri-ethnique" ? Voici un droit de suite - un de plus - dont nous avons été privés. En dépit de ses déclarations d'autosatisfaction, la communauté internationale a failli. Une véritable purification ethnique a débarrassé le Kosovo des serbes et des roms.

Repost 0
19 mai 2013 7 19 /05 /mai /2013 10:30

Au programme de l'Esprit d'actu, un entretien avec Jacques-Marie Bourget,co-auteur avec Nicolas Beau de l'ouvrage "Le Vilain Petit Qatar -- Cet ami qui nous veut du mal". Un livre qui dévoile la face cachée de cette richissime dictature. Un livre à lire impérativement!
Jacques-Marie Bourget a travaillé pour les plus grands journaux français dont 22 années à Paris-Match. Grand reporter spécialiste du Moyen-Orient a également obtenu le Prix Scoop 1986 pour avoir révélé l'affaire Greenpeace. Auteur de plusieurs livres dont Des affaires très spéciales (Plon) et Sabra Chatila au cœur du massacre (Erick Bonnier).

Repost 0

Présentation

  • : Le petit blog rouge-brun de Discipline.
  • Le petit blog rouge-brun de Discipline.
  • : Discipline, Français ordinaire désespéré ; NR décroissant.
  • Contact

Recherche